DIY : Les compresses d’allaitement lavables

(Tuto en fin d’article)

J’ai bien conscience qu’avec ce billet je risque de perdre momentanément quelques lecteur.ice.s, mais voilà, mon quotidien n’étant pour le moment et pour les mois à venir pas vraiment fait de robes fourreau, talons aiguilles et autres paillettes, je m’en vais vous parler d’un sujet beaucoup plus au cœur de mon actualité : les compresses d’allaitement lavables cousues main.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Ne partez pas, ça va être chouette quand même !

Pourquoi des compresses d’allaitement ?

Celles qui ont déjà allaité le savent parfaitement et peuvent zapper ce chapitre, mais pour les autres, un peu de pédagogie ne sera pas forcément inutile. Beaucoup l’ignorent, mais lors de l’allaitement, tout le lait produit ne finit pas nécessairement dans le tube digestif du bébé, non non.

Lorsque celui-ci tète, du lait s’écoule du second sein, parfois de manière abondante. Et qui plus est, une montée de lait peut survenir à n’importe quel moment, au milieu de la nuit, au magasin, lors d’un dîner ou au travail vu la durée (ça se dit pas la « courteur » ?) du congé de maternité en Belgique (15 semaines, manifestement c’est pas beaucoup mieux en France). D’où de merveilleuses auréoles sur le t-shirt, toujours très agréables et élégantes 🙂

Et c’est là qu’intervient la compresse d’allaitement, ce petit coussinet tout doux qui recueille les écoulements indésirables et permet de rester bien au sec toute la journée. On dirait une pub pour vaninia quotidiana, mais oui, c’est un peu le même principe.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Pourquoi des compresses d’allaitement lavables cousues main ?

Mais oui bon sang, pourquoi alors qu’il existe des compresses jetables très pratiques et efficaces à acheter tout simplement dans le commerce ? Plusieurs raisons m’ont poussée à tenter l’expérience pour mon deuxième bébé alors que j’ai utilisé des compresses jetables pour le premier :

Le prix

Pour une boîte de 30 compresses jetables de qualité, il faut compter environ 6 euros. Je dis bien de qualité parce que j’ai essayé des compresses meilleur marché mais elles fuitaient tout le temps et résultat je devais les changer deux fois plus souvent. A raison de 4 compresses par jour minimum (et c’est vraiment un minimum), ça nous fait donc pas loin de 6 euros par semaine, soit 36 euros par mois, soit dans mon cas 288 euros pour 8 mois d’allaitement (oui je sais c’est long mais c’était top et j’espère pouvoir revivre ça aussi longtemps une deuxième fois).

Allez, on va pas chicaner, disons 300 euros… Un budget quand même !

Passons aux compresses lavables du commerce. Pour une trentaine de compresses (il faut bien ça si on ne veut pas faire tourner la machine à laver trop souvent, même si avec un bébé, ça tourne !), il faut compter +/- 60 euros. Soit 5 fois moins.

Troisième option, les compresses lavables DIY. Toujours pour une trentaine de compresses, il faut compter :

  • +/- 9 euros pour 50 cm d’éponge OEKO-TEX (c’est quand même mieux)
  • +/- 9 euros pour 50 cm de PUL OEKO-TEX
  • 0 euros pour des chutes de coton parce que oui, si vous cousez, vous avez forcément des chutes de coton plein vos tiroirs.

Soit un total de 18 euros. Au pire, 25 euros si vous devez acheter 50 cm de coton pour la cause (une vieille chemise peut faire l’affaire et vous pouvez même vous passer de cette troisième couche qui est purement décorative). Soit 16,6 fois moins que l’option jetable.

CQFD

La planète

Un rapide et simple calcul me fait constater avec effroi qu’en 8 mois, j’ai consommé pas loin de 1.000 compresses jetables. Absolument pas biodégradables, évidemment. Sans compter la pollution engendrée par la production desdits coussinets : culture du coton, eau, chlore, pétrole, transports… Ça craint un peu du bonnet !

À l’époque, ça ne me perturbait pas tellement. Mais aujourd’hui j’essaie de diminuer au maximum mes déchets alors ce chiffre me rend un peu malade.

Avec 30 compresses lavables, on peut allaiter 3, 6, 8 ou 12 mois si on veut, et même plus si on a envie ! Et puis surtout, on peut allaiter plusieurs enfants. Je n’ai pas l’intention d’aller au-delà de deux et je ne suis pas certaine de pouvoir refiler mes compresses à une autre maman une fois mon allaitement fini (même si je ne vois pas pourquoi ça poserait problème puisque celles-ci seront soigneusement lavées en machine).  Mais quoiqu’il en soit, ça ne pourra être que plus écologique.

Au pire je les garderai comme disques démaquillants. Ou je les glisserai discretos dans mon soutien-gorge pour faire un effet push-up quand ma poitrine aura retrouvé une taille normale et que j’aurai envie de m’habiller en bomba 🙂

La santé

Je n’ai pas lu d’articles sur le sujet, mais vu ce qu’on trouve dans les lingettes démaquillantes jetables et les tampons et serviettes hygiéniques, je me dis que la composition des compresses jetables doit aussi nous réserver son lot de surprises.

Dans le doute, je préfère éviter et préserver ce sein que je ne saurais voir ma poitrine.

L’option DIY permet d’utiliser des tissus de qualité, certifiés OEKO-TEX, pour un coût plus que raisonnable. Ça ne peut être que mieux à mon sens.

Comment coudre des compresses d’allaitement lavables ? Le tuto 

Future maman, te voilà convaincue par mon laïus, en route pour la pratique !

Les Fournitures

Tissus

Ces compresses d’allaitement sont composées de trois couches (deux indispensables, une facultative). Je vous donne les dimensions nécessaires pour une trentaine de compresses (vous aurez trop mais les tissus sont souvent vendus par 50 cm minimum et il vous restera de quoi coudre quelques lingettes ou serviettes hygiéniques lavables) :

  1. Éponge 150 x 50 cm : ici j’ai utilisé de l’éponge en coton et bambou certifiée OEKO-TEX des Tissus du Chien Vert.
  2. PUL* 150 x 50 cm : difficile à trouver en magasin mais disponible dans plusieurs boutiques en ligne, le mien vient de la boutique Air Brinic. Il s’agit d’un PUL certifié OEKO-TEX résistant aux lavages à 90°.
  3. Coton fantaisie 150 x 50 cm (facultatif) : des chutes feront parfaitement l’affaire. Cette troisième couche n’a pour fonction que de faire joli et peut donc sans problème être zappée.

* « Le PUL est un tissu interlock fin en polyester, recouvert d’une fine pellicule de polyuréthane (film plastique souple), qui le rend imperméable sur sa face envers. Il est utilisé dans la confection de couches, serviettes hygiéniques, compresses d’allaitement, sacs de piscine, etc. On l’utilise également pour la réalisation de pochette à goûter et autres snack bag ré-utilisables. »  Définition trouvée sur le site Au fil de la nature.

Matériel

  • Machine à coudre pour les pinces et surjeteuse pour l’assemblage (vous pourrez vous débrouiller avec une simple machine à coudre, voire Plan B).
  • Ciseaux à tissu et petits ciseaux de broderie ou coupe-fil.
  • Craie tailleur ou mieux, Pilot Frixion effaçable à la chaleur.
  • Équerre aristo.
  • Compas.
  • Épingles.
  • Carton 15 x 15 cm.

La coupe

Commencez par tracer le gabarit que vous utiliserez par la suite pour couper les tissus :

Sur le carton, tracez et coupez un cercle de 12 cm de diamètre (ça a l’air grand comme ça mais c’est ce qu’il faut, on a dit compresse d’allaitement, pas cache-téton). Marquez bien le trou du milieu avec la pointe du compas, ça sera votre repère pour réaliser la pince.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Reportez le gabarit un nombre de fois correspondant au nombre de compresses souhaitées sur chaque tissu. Pour 30 compresses, vous obtenez donc 90 disques au total. Attention, ne collez pas trop les cercles les uns aux autres mais laissez au moins un bon centimètre entre chacun.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Faites une petite marque au feutre frixion dans le petit trou au centre du gabarit pour indiquer le point de départ de la pince. Vous me voyez venir… il va falloir coudre 90 pinces !

Coupez les cercles non pas sur le trait du cercle mais bien en dehors, pour garder un peu de marge pour l’assemblage. En effet, superposer parfaitement et assembler des cercles peut s’avérer compliqué et le fait d’avoir un peu de marge vous facilitera grandement la vie.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

La couture des pinces

Le sein n’étant pas plat, surtout en période d’allaitement, une pince est la bienvenue pour donner à la compresse une forme plus « anatomique ».

Reliez le point marquant le centre de votre cercle au trait marquant la circonférence (en langage mathématique : tracez le rayon), puis positionnez votre équerre aristo avec l’axe 0 sur le rayon et tracez un petit repère à 1,5 cm de part et d’autre du rayon. Reliez ces repères avec le repère au centre du cercle. Vous obtenez le tracé de la pince.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie FaireCompresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie FaireCompresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie FaireCompresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Pour piquer la pince, pliez endroit sur endroit votre cercle pour que les traits de la pince se superposent puis piquez en vous arrêtant bien au centre du cercle (premier repère tracé).

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Ouvrez la pince en grattant un peu avec l’ongle : le fer à repasser effacerait vos repères tracés au frixion et ferait fondre le PUL.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Faites de même pour les 30 disques de coton, les 30 disques d’éponge et les 30 disques de PUL. Oui, ça prend un peu de temps !

Attention : Pour piquer les pinces dans le PUL, veillez bien à positionner vos épingles dans la partie triangulaire de la pince et pas dans le reste du disque (voir photo ci-dessous). Il faut à tout prix éviter éviter de faire des trous dans la compresse parce que cela créerait des portes de sortie pour le liquide et on perdrait en « étanchéité ».

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Remarque : je vous conseille de faire un essai avant de tracer et coudre toutes vos pinces. Vérifiez le seyant sur le sein et adaptez au besoin.

L’assemblage

Assemblage à la surjeteuse

C’est l’assemblage que j’ai choisi parce que c’est celui qui me donnait le meilleur résultat.

Vous allez devoir épingler les trois couches en faisant correspondre le trait marquant la circonférence. Cette étape n’est pas simple mais on attrape vite le tour.

Procédez en deux étapes : Commencez par épingler le PUL sur l’éponge, face plastifiée du PUL contre envers de l’éponge.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Puis épinglez le troisième couche de coton fantaisie, envers du coton contre face non-plastifiée du PUL.

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Attention :

  • Veillez bien à décaler les pinces pour qu’elles ne se superposent pas entre les trois couches. Cela créerait des épaisseurs qu’il vaut mieux éviter.
  • Pour le PUL, positionnez bien les épingles à l’extérieur du cercle et donc en dehors de la compresse pour les raisons d’étanchéité expliquées ci-dessus.

Remarque : il est presque impossible d’obtenir une superposition parfaite des cercles parce que les tissus n’ont pas la même élasticité. Ce n’est pas très grave, faites au mieux en sachant qu’on n’est pas à 2 mm près, c’est pour ça qu’on s’est laissé de la marge au moment de la coupe.

Passez maintenant le tout à la surjeteuse. N’oubliez surtout pas de retirer les épingles au fur et à mesure que vous avancez (sinon vous endommageriez le couteau). Nouez les petits fils de la cordelette ou rentrez-les pour bien maintenir le tout.

Et voilà, c’est fini !

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie FaireCompresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Plan B : assemblage à la machine

Si vous ne possédez pas de surjeteuse, vous pouvez assembler vos compresses à la machine à coudre.

Procédez de la même manière que précédemment mais en épinglant le coton fantaisie endroit sur endroit de l’éponge. Piquez en laissant une ouverture de quelques centimètres. Recoupez la valeur couture et crantez. Retournez le tout sur l’endroit et refermez l’ouverture avec une surpiqûre (ou quelques points invisibles si vous êtes particulièrement patiente et motivée et folle).

Comment laver et entretenir ses compresses ?

Tout dépend du PUL que vous utilisez. Basez-vous sur les instructions de lavage de ce tissu parce que c’est celui qui est le plus susceptible de souffrir de la chaleur.

Celui que j’ai choisi peut supporter des lavages jusqu’à 90° (mais je ne dépasse de toute façon jamais 60°) mais pour d’autres, il ne faut pas dépasser 30°. Je ne peux pas encore vous dire si le lait et la crème anti-crevasses laissent des taches sur l’éponge puisque je n’ai pas encore utilisé mes compresses. Je vous dirai ça dans quelques semaines…

Au pire, j’ai bien réussi à faire disparaître des taches de caca atomique sur des bodies en les frottant avec du savon de Marseille. Je ne pense pas qu’il existe pire que ça en matière de taches (le goudron peut-être ?).

Pour le séchoir, idem : la plupart des PUL ne le supportent pas mais celui que j’ai choisi peut passer au séchoir à basse température. Sinon, séchage à l’air libre !  C’est plus écologique et c’est plus que certainement l’option que je choisirai.

Mieux vaut éviter le repassage mais honnêtement, qui repasserait ses compresses d’allaitement ? OK, moi je serais susceptible de le faire vu que je repasse déjà mes lingettes démaquillantes (c’est plus fort que moi, je ne peux pas résister à la tentation). Comme le dit le Lieutenant, c’est mon petit côté « toc-toc ». Ici je vais quand même prendre sur moi et éviter parce que je n’ai pas du tout envie de faire fondre mes compresses.

Retour sur expérience

Bon ben à ce stade je ne peux pas encore vous dire si mes compresses d’allaitement font le job puisque mon bébé n’est prévu que pour la mi-juin (un petit gémeau).

Je vous aurais bien fait une petite vidéo avec fiole en verre, liquide bleu, voix rassurante et lumière de labo, mais le côté aseptisé de la chose me parle peu.

Ce chapitre sera donc édité en temps voulu, entre deux tétées et un gros dodo 🙂 J’espère que ça va fonctionner parce que la rédaction de cet article m’a pris un temps fou, sans compter le temps passé à la confection de mes compresses d’allaitement, et ça me briserait les roudoudous d’avoir fait tout ça pour rien !

En attendant, je peux juste vous dire que ces compresses sont toutes douces et tiennent bien en place dans le soutien-gorge. J’ai quand même fait le test avec de l’eau et elles semblent bien imperméables.

La suite dans quelques semaines…

Compresses d'allaitement lavables : le tuto par Laissons Lucie Faire

Pour conclure ce billet kilométrique, je vous laisse avec une très belle chanson d’une artiste que j’adore, Camille. De quoi sublimer un sujet… que je trouve de toute façon sublime quoi qu’il en soit 🙂

PS : Juste pour le plaisir (ou pas), la question la plus débile qu’entendent la plupart des futures mamans : « Et sinon, tu vas le nourrir ? » (sous-entendu l’allaiter…) C’est bien connu, donner un biberon c’est pas nourrir. Si déjà pour moi qui ai allaité cette phrase est insupportable, j’imagine même pas pour celles qui ont fait un autre choix !

Réponses possibles :

  • « Euh non, je vais le laisser crever de faim du con ! »
  • « Oui je vais le nourrir, mais uniquement au lait de papaye du Brésil lyophilisé réhydraté à l’eau déminéralisée de l’Himalaya, parce que l’allaitement c’est dégueu et puis le lait en poudre ça pue ! »
  • « Le nourrir ? Ah ben mince alors, on m’avait pas prévenue qu’il fallait le nourrir… »
Publicités

23 réflexions sur “DIY : Les compresses d’allaitement lavables

  1. Bravo ! Et dans la liste des questions c… aux parents de jumeaux : Ce sont des vrais ??? Ben non, ils sont en plastique, on fait de belles imitations… et question doublement idiote – vu que l’un des 2 est un aryen blond aux yeux bleus et l’autre un brun frisé aux yeux marrons ( quand il est bronzé on le prend pour un métis antillais )
    Sinon j’aime beaucoup ton blog – et ton humour !

  2. J’ai utilisé des lavables aussi ^^ Mais aussi les couches lavables et lingettes lavables pour le liniment (et le liniment c’est trop facile et moins cher à faire sois même 😉 ) .
    Et quand l’épisode bébé est fini (snif), on peux se re-servir des compresse d’allaitement pour le démaquillage ^^

  3. Je ne suis plus du tout concernée par les compresses d’allaitement, et ne l’ai même jamais été car je n’ai pas  » nourri » mes enfants ( #mère indigne) , mais j’ai beaucoup apprécié cet article , tant pour la démarche intellectuelle, que le tuto…et l’humour! Bravo , continuez , c’est toujours un plaisir de vous lire!

  4. Eh bien moi en tout cas, je reste abonnée! Et même, ce genre de billet, j’en redemande 🙂 De l’humour, un sujet qui, tôt ou tard, directement ou indirectement, concerne tout le monde et une belle réalisation au final. Quoi souhaiter de plus? 🙂

    • Merci beaucoup 🙂 J’avais un peu peur de l’accueil réservé à ce billet parce que le sujet est quand même très ciblé et les explications très longues. Finalement il n’a pas été moins consulté que mes autres articles et jusqu’à présent je n’ai pas encore perdu d’abonnés. Je pense que j’ai des super lecteurs et lectrices 🙂

  5. super réalisation …..merci beaucoup
    je vais être grand mère dans environ 7 mois et ma fille souhaite que je lui prépare des couches lavables ….. on n’avait pas pensé aux fuites de lait (j’avais oublié ce côté de la chose ^^)
    du coup je vais me pencher sur le problème …. merci encore pour ce tuto
    Sydu

    • Eh bien il y a parfois des fuites, mais pas plus qu’avec les compresses du commerce (j’ai réessayé pour comparer). En fait je crois que mon cas est désespéré. Le pédiatre de mes filles dit que je pourrais nourrir des jumelles, mais moi je pense que j’ai suffisamment pour des triplées. Donc je dirais que pour un flux normal, pas fuite, pour un flux plus important, prévoir une ou deux couches en plus d’éponge.

  6. Bonjour merci pour ce tuto je compte faire mes coussinets lavables moi même mais par contre je vais commander sur le site tiloudou, et la dimension de mon tissu éponge de coton et de 10*150 sa sera trop juste (mais quantité obligatoire sur le site commander 2 lots) pareil pour le bambou (quantité obligatoire 3 lots. pensez vous que sa suffisant car peut-être par besoin de 30 coussinets.

    • Bonjour Soph25,

      Tout comme toi je me lance dans la confection de mes coussinets d’allaitement et j’ai commander le nécessaire sur le même site que toi ( tiloudou), et en fait j’ai mis 5 en quantité à chaque fois et j’ai pu faire 15 paires de coussinets donc 30 coussinets.

      En espérant t’avoir aidé !

    • Vu le commentaire de Nounouille59, ça a donc l’air suffisant pour 30 coussinets. Par contre je suis maintenant en mesure de faire un retour d’expérience et 30 c’est un minimum, en tout cas pour moi qui dois changer souvent de coussinets pour cause de flux intense. Quelques compresses supplémentaires n’auraient pas été superflues.

      • J’ai fini mon premier coussinet d’allaitement hier, sans machine à coudre tout à la main c’est un peu long mais ça me détend. Forcément ce n’est pas parfait au niveau de la finition mais je suis assez fière du rendu 🙂

  7. Bonjour,

    Je viens vous faire part de mon retour d’expérience, j’ai accouché le 25 septembre 2018. A la maternité j’ai utilisé des coussinets jetables (question pratique pour éviter au papa de faire pleins de lessives). Dès mon retour à la maison j’ai utilisé mes coussinets lavables et j’en suis ravie ! Je pense que si j’ai peu de temps j’en referais peut être 5 paires pour être à l’aise car j’ai souvent des montées de lait entre deux tétées et du coup mes coussinets sont vites mouillés.

    Espérant que mon retour motive d’autres maman allaitement à se confectionner ses propres coussinets d’allaitement lavables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s