Le jour où j’ai remplacé mes éponges par des tawashis

Le jour où j'ai remplacé mes éponges par des tawashis - par Laissons Lucie Faire

Tendance zéro déchet oblige, les tawashis commencent à fleurir un peu partout sur la toile. Mais qu’est-ce donc que cela ?

Le tawashi est une petite éponge qui nous vient tout droit du Japon, plus durable et donc plus écologique que la traditionnelle éponge jaune et verte qui gratte. Elle peut être tricotée, crochetée ou, réalisée à partir de matériaux de récup tels que des vieilles chaussettes, des manches de t-shirt ou des jambes de leggings.

Cette version récup est la plus simple et c’est donc celle que j’ai choisi de réaliser.

Le jour où j'ai remplacé mes éponges par des tawashis - par Laissons Lucie Faire

Le DIY pour les nuls

Les travaux manuels et toi ça fait 10 ? Tu as deux mains gauches ? Le tawashi est donc fait pour toi !

En effet, il s’agit probablement du DIY le plus simple au monde. C’est inratable! Une planche de bois, 20 clous et un marteau suffiront à créer un métier à tisser qui pourra ensuite être utilisé à l’infini pour confectionner des dizaines, voire même des centaines de tawashis.

Il suffira alors de couper des bandes de 3 cm de large dans de vieilles chaussettes, des manches de t-shirt ou des jambes de leggings, puis de les « tisser » et de rabattre les mailles pour former un carré.

Le jour où j'ai remplacé mes éponges par des tawashis - par Laissons Lucie FaireLe jour où j'ai remplacé mes éponges par des tawashis - par Laissons Lucie Faire

La méthode est très bien expliquée dans le tuto du blog Wonderful Breizh. Et si vous voulez voir le tout en vidéo, c’est ici que ça se passe.

Pour ma part, j’ai utilisé des chaussettes, lesquelles présentent l’avantage de ne pas comporter de couture. Enfin une solution aux chaussettes trouées et à ce phénomène mystérieux de la chaussette veuve ! De quoi faire une pied de nez à ce satané lutin des chaussettes qui vient sournoisement se servir dans la machine à laver.

Le problème, c’est que la Marie Kondo qui sommeille en moi fait que j’avais jusqu’à présent tendance à jeter directement les chaussettes trouées ou dépareillées, après les avoir remerciées pour les bienfaits qu’elles m’avaient apportés, évidemment (sans blague, si vous n’avez jamais lu La Magie du rangement de Marie Kondo, faites-le ! Cette fille est cinglée, ça me parle tellement… J’adore !)

Heureusement, quelques rescapées étaient passées outre mes accès de tri aigu et ont donc eu le privilège d’être réincarnées en superbes tawashis. D’autre part, mes proches ont reçu l’ordre de ne plus jamais jeter la moindre chaussette.

Et à l’usage ?

Eh bien ma foi mes éponges traditionnelles ne me manquent pas. Les tawashis fonctionnent très bien que ce soit pour faire la vaisselle ou pour nettoyer le plan de travail ou toute autre surface. Le relief des mailles permet de faire partir la crasse facilement.

En plus, les tawashis présentent l’avantage de pouvoir être lavés en machine et sont donc bien plus hygiéniques que ces éponges dégoûtantes qui se transforment rapidement en nids à microbes.

Le jour où j'ai remplacé mes éponges par des tawashis - par Laissons Lucie Faire

Une fois rincés et essorés, je les pends à des petits crochets que j’ai placés à proximité de l’évier pour qu’ils puissent sécher correctement. Le tawashi blanc pour la vaisselle, le tawashi noir pour le reste (faut pas tout mélanger que même !), et roule ma poule !

Hygiéniques, économiques, écologiques et pratiques. Que demander de plus ? Je ne pense pas racheter d’éponges qui grattent de sitôt.

Pour ma part, l’utilisation du tawashi va de pair avec une modification des produits d’entretien que j’utilise. Les détergents traditionnels ont progressivement cédé la place à quelques produits plus respectueux de l’environnement, à savoir du savon de Marseille (le vrai à base d’huile d’olive, pas celui à l’huile de palme qui craint), de savon noir, du bicarbonate  de soude et, le champion des champions, le détartrant du feu de Dieu, j’ai nommé l’indétrônable vinaigre blanc !

Alors c’est vrai, le vinaigre, ça ne sent pas très bon. Mais l’odeur est très volatile est disparaît donc rapidement. On peut aussi parfumer son vinaigre en faisant macérer dedans des écorces de citron ou d’orange pendant quelques semaines. On filtre le tout, on verse dans un vaporisateur, et voilààààà !

J’utilise aussi du vinaigre additionné de quelques gouttes d’huile essentielle comme adoucissant pour le linge et je fabrique ma lessive moi-même selon la recette suivante :

  • Mélanger 100 g de copeaux de savon de Marseille, 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude et +/- 15 gouttes d’huile essentielle de votre choix (facultatif) dans 2 litres d’eau bouillante.
  • Laisser reposer le tout 24 heures.
  • Verser un litre d’eau froide dans la préparation, mélanger (un coup de mixeur) et verser dans un bidon.

Vous obtenez 3 litres de lessive pour grosso-modo 1,50 euro. Pour le dosage, j’utilise à peu près la même quantité que pour une lessive traditionnelle. Je mets le produit directement dans le tambour de la machine et je fais tourner.

Rien ne sert de courir…

Je suis encore loin, très loin du zéro déchet. Mais en la matière je suis adepte du « Kaizen ». Il s’agit d’un état d’esprit qui trouve sa source au Japon (décidément…) et qui consiste à s’améliorer petit à petit, en introduisant des petits changements graduellement et constamment. Les changements sont ainsi intégrés progressivement et finissent par faire partie intégrante de nos habitudes. Une méthode à mon sens bien plus efficace qu’une grande révolution impliquant des changements drastiques, souvent contraignants, ce qui risque d’entraîner rapidement découragement et abandon.

Une histoire de lièvre et de tortue en somme…

Le jour où j'ai remplacé mes éponges par des tawashis - par Laissons Lucie Faire

A part ça, mon troisième vêtement du défi garde-robe capsule est presque fini. C’était pas gagné… Je ne pense pas que je serai dans les temps pour le bloguer avant la fin du mois mais si vous me suivez sur Instagram, vous le verrez bientôt.

A très vite !

 ✄ ✄ ✄

 

 

Publicités

35 réflexions sur “Le jour où j’ai remplacé mes éponges par des tawashis

  1. Très intéressant ton billet !!! Il t’a fallu combien de paires de chaussettes pour chaque ? J’aime beaucoup le concept 🙂 ! Et j’adore l’idée d’évoluer vers le changement petit à petit… j’utilise deja le vinaigre et le bicarbonate pour nettoyer… nettement plus efficace que tous les détergents industriels ! Beau dimanche !!!

    • Il faut à peu près une chaussette et demi pour faire un tawashi. Du coup j’en ai fait aussi des bicolores. Et je suis d’accord, le vinaigre et le bicarbonate c’est ce qui fonctionne le mieux!

  2. C’est une démarche très intéressante !!! Et très bien expliquée, ça rend bien en plus ces petits tawashis !! Surtout si c’est liés à un processus plus important qui essaye d’améliorer les choses !! Très bonne idée !!!

  3. Super article !! Ces « éponges » sont vraiment pas mal !! Je vais y penser et je suis bien d’accord avec toi, il vaut mieux y aller progressivement. Pas le choix d’ailleurs, j’ai encore de quoi faire ma vaisselle et mon linge non écologiquement (je ne vais pas jeter quand même!)

  4. J’aime beaucoup cette idée, et elle est pil poil dans mes occupation du moment (recyclage de pantalon en coton en lingette démaquillante et essuie-tout).
    Moi aussi j’y vais progressivement, au fur et à mesure que je finis mes produits non écolo …
    Le mois prochain, c’est la lessive que je teste …
    Par contre j’hésite à mettre du bicarbonate … j’utilise du vinaigre blanc (eau très calcaire), et ça mousse quand je mets les 2 …. une idée ?

    • Moi j’utilise souvent le mélange bicarbonate et vinaigre blanc, c’est très efficace. Effectivement ça mousse, mais il suffit de prévoir un contenant suffisamment grand pour éviter que ça ne déborde.

    • Moi je la fait avec du savon noir ,du bicarbonate ,un peu de vinaigre blanc et de l’eau ,très bon résultat

  5. Pingback: DIY de la jardinière en boîtes de conserve | laissons Lucie Faire

  6. Dans la tendance zéro déchet, j’ai, dans un 1er temps couper des gants de toilette en morceaux pour faire guise de coton pour le débarbouillage du matin et mon démaquillage, puis j’en ai amélioré avec des chutes de tissus au verso pour faire + cocon. Ca fait presque 2 ans que nous n’utilisons du coton, éventuellement que lors des départs en vacances. Au quotidien la poubelle de la sdb peine à se remplir.
    Je vais tenter ces éponges, merci 😉

  7. Pingback: Le jour où j’ai remplacé mes éponges par des tawashis – Elisabeth & Philippe Baujon

  8. Bonjour, le résultat est tout aussi attractif que prometteur ! Mais… Question très ingénue : les tawashis ne tardent pas 4 plombes à sécher ? Et il faut les laver tous les jours ?
    J’ai le sentiment que mes chaussettes tardent à sécher par rapport à une éponge no-eco-responsable, et que, de même, dès les premières assiettes lavées je suis bonne pour utiliser une nouvelle tawachaussette propre…
    Merci !

    • C’est vrai que les tawashis mettent un peu plus de temps à sécher que les éponges traditionnelles. Mais pour ma part je les passe toujours sous l’eau avant de les utiliser donc ça n’est pas très grave. Je les pends à un crochet pour qu’ils soient bien aérés et ça ne pose pas de problème. Pas besoin de les laver tous les jours. Le tawashi que j’utilise pour la vaisselle tient facilement 4-5 jours à condition de bien rincer les plats au préalable.

  9. Pingback: En avant pour le Zéro Déchet :) | mydjoudjous

  10. Pingback: Gigoteuse Lilou pour poupon de 30 cm (patron et tuto gratuits) | laissons Lucie Faire

  11. J’adore… J’ai déjà viré tous les produits cracra de la maison, les tawashi sont donc la prochaine étape. Un grand merci pour nous l’avoir fait découvrir!

  12. Merci Je vais essayer avec un pantalon de gym (troue’) de mon mari. Après on les lave comme les blancs à la machine? Quant àu savon (aussi de Marseille) j’en produit moi même pour la personne et la maison, c’est une belle satisfaction! Bonne journée

  13. Bonjour c’est génial comme idée. Je l ai fait avec des enfants nous avons adoré le activités éponge. Chaquin et parti avec sa petite éponge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s