Trop Top 2 en 3 looks

Trop top Ivanne S. et short Scarlet par Laissons Lucie Faire

« Mais où trouves-tu le temps de coudre ?  » Une partie de la réponse se trouve certainement dans le fait de réaliser plusieurs fois le même modèle quand j’en tiens un qui me plait. Le Trop Top d’Ivanne Soufflet fait partie de cette catégorie de patrons à coudre et re-coudre à l’infini.

Patron déjà prêt, marche à suivre connue et presque maîtrisée, et en avant guingamp !

Lire la suite

Publicités

Défi garde-robe capsule, bilan de mi-parcours

Mais où donc le temps passe-t-il ? Cela fait déjà 6 mois que je me suis lancée dans le défi garde-robe capsule et jusqu’à présent, je m’y tiens !

Ce que j’ai déjà cousu

Depuis janvier, j’ai donc cousu :

Lire la suite

Couture-lecture, 3 romans qui raviront les couturiers bibliophiles

Si depuis quelques années la couture est devenue ma grande passion, j’en ai une autre tout aussi grande ou presque, et celle-ci depuis mes 6 ans, c’est la lecture. J’ai décidé d’allier les deux dans un billet un peu spécial dans lequel je vous parlerai de trois livres dans lesquels il est question de couture.

Trois livres très différents, qui ne sont pas des livres sur la couture en tant que telle, mais qui constituent des récits narratifs où la couture apparaît entre les lignes et se fait le support des grandes passions humaines.

Si vous ne les connaissez pas encore, j’espère vous donner envie d’en lire un, deux, ou peut-être les trois. Soyons fous ! 🙂

Un amour de jeunesse, Ann Packer, 2005, Editions PointsLes livres qui parlent de couture, "Un amour de jeunesse", par Laissons Lucie Faire Lire la suite

Débardeur petits nœuds, je couds ma garde-robe capsule #5

Débardeur d'après le patron gratuit d'Elna par Laissons Lucie Faire

« Un soir, nous allâmes faire une promenade en barque : nous revenions à la maison au clair de lune, j’étais assis à côté d’elle et j’admirais ses boucles, ses formes harmonieuses moulées dans un jersey : soudain je décidai que c’était elle. Il me sembla ce soir-là qu’elle comprenait tout, tout ce que je sentais et pensais et que mes sentiments et mes pensées étaient plus élevés. Au fond, il ne s’était rien passé, seulement son jersey lui seyait tout particulièrement, de même que ses boucles et, après une journée passée en sa compagnie, j’avais eu le désir d’un voisinage encore plus proche. »

(Léon Tolstoï, La sonate à Kreutzer)

Pas sûre que mon jersey aura le même effet ; Lire la suite